J’ai commencé à faire du bénévolat à L’espoir, c’est la vie en septembre 2023.

En tant que bénévole dans l’unité de soins palliatifs de l’HGJ au 4e étage, j’offre un soutien aux patients et à leurs familles dans le dernier volet de leur vie. J’essaie de maximiser leur qualité de vie pendant cette période importante.

Ce soutien peut prendre la forme d’une boisson apportée à la personne malade et/ou à son aidant. Je peux aussi offrir des ressources pratiques et les écouter avec chaleur, empathie et respect.

Les bénévoles sont considérés comme des membres de l’équipe de soins palliatifs. Je donne donc un coup de main au personnel infirmier et aux autres personnes soignantes lorsque c’est nécessaire. Nous partageons tous le même objectif:: offrir un environnement sûr, confortable et chaleureux à nos patient·e·s et contribuer à leur prise en charge globale en fin de vie.

Comment le bénévolat a-t-il changé votre vie ?

Je pense que le bénévolat m’a appris (et continue de m’apprendre) à écouter vraiment les gens et à être complètement présente quand je les écoute. Le résultat est que cela améliore mes compétences en communication.

Le bénévolat m’aide à comprendre quand il faut parler au cours d’une conversation et quand il faut respecter le silence, par exemple. Cela a également grandement amélioré mon sens de la communauté. Lorsqu’on fait du bénévolat, on se rend compte que nous sommes vraiment tous liés les uns aux autres : je crois qu’en fin de compte, nous voulons tous être heureux. Alors quand on rend quelqu’un heureux, ou qu’on allège un peu son fardeau, c’est très gratifiant !

Quel est le moment le plus mémorable que vous ayez vécu en tant que bénévole ?

Je faisais un massage des pieds à une belle femme d’une cinquantaine d’années qui, quelques minutes avant que je n’entre dans sa chambre, venait d’apprendre que l’équipe médicale ne pouvait plus rien faire pour la sauver de son cancer.

Au cours de notre conversation, elle a mentionné avec tristesse que son plus grand désir à ce stade était de pouvoir mourir chez elle. Je lui ai demandé si quelque chose l’empêchait de réaliser ce souhait. Elle a déclaré qu’elle ne pensait pas que ses frères et sœurs seraient d’accord avec cette décision. Je lui ai alors demandé si elle en avait discuté avec eux. Elle a dit que non, et j’en suis restée là.

Lorsqu’on fait du bénévolat, on se rend compte que nous sommes vraiment tous liés les uns aux autres.

— Florence Moureaux

Nous avons ensuite continué à parler d’autres choses, de ce qu’elle ressentait à l’égard de son fils, de l’idée de le laisser seul dans cette vie. Elle m’a également fait part de sa reconnaissance envers son équipe médicale.

À la fin du massage, elle a souri et m’a remerciée pour notre conversation, disant que c’était la première fois qu’elle partageait tous ces sentiments avec quelqu’un et qu’elle se sentait beaucoup mieux.

Si l’histoire de Florence vous inspire, nous vous invitons à poser votre candidature pour devenir bénévole de L’espoir, c’est la vie. Nous sommes toujours à la recherche de personnes au cœur d’or qui souhaitent aider les personnes atteintes d’un cancer. Nous avons hâte de vous rencontrer !

Votre voix
Peut aider

Partagez votre expérience du cancer !

Partager ce contenu

S'abonner à notre lettre d'information

Nous vous enverrons des nouvelles et des informations sur nous et nos partenaires, mais vous ne serez pas harcelé.