La Journée de la Survie en tant qu’aidant naturel

Je n’ai pas vécu le cancer, mais ma femme y a survécu pendant six ans et demi.

Pendant cette période, elle a fait preuve d’un courage dont je ne peux que rêver.

Ma femme a lutté contre sa maladie pratiquement seule. Oui, elle avait des proches à ses côtés : nos enfants, sa famille et ses amis, et moi, bien sûr.

Mais ce qu’elle n’avait pas, c’est ce que j’ai découvert lors de la Journée de la Survie : une communauté qui pouvait la comprendre.

Une communauté de personnes qui ont eu un cancer et qui vivent pleinement leur vie.

Une communauté qui se soutient mutuellement.

Une communauté qui redonne aux personnes qui traversent leur propre parcours contre le cancer, afin qu’elles puissent donner à leur tour, le moment venu.

Cette communauté est précieuse et doit perdurer longtemps, très longtemps, jusqu’à ce que la science puisse éradiquer la maladie, comme elle l’a fait pour la variole.

Notre orateur, William Brock, a expliqué l’importance de la science dans la guérison du cancer. Il a 6697 jours derrière lui pour le prouver.

Je peux en dire autant de ma femme. Le type de cancer dont elle souffrait – un cancer inflammatoire du sein – tuait autrefois les femmes en quelques mois.

Elle est restée avec nous pendant six ans et demi, ce qui lui a permis de voir et de faire des choses qui auraient été impensables quelques années plus tôt.

Elle a vu nos trois enfants obtenir leur diplôme de fin d’études secondaires.

Elle a vu notre plus jeune atteindre l’âge adulte et entrer à l’université.

Elle et moi avons même pu faire quelques voyages ensemble, rien que nous deux, avant que la pandémie ne mette un terme à tout ça.

Au final, son cancer aura fait trop de ravages. Elle est décédée en 2020 et, même si je n’en aurai jamais la preuve, je ne pense pas que le cancer l’ait tuée.

Pour reprendre les mots de William Brock, elle est morte AVEC le cancer, et non DU cancer.

Et avec la poursuite de la recherche, cela deviendra la norme.

⦁ ⦁ ⦁

C’était ma première Journée de la Survie et j’espère que ce ne sera pas la dernière.

Si vous n’avez jamais assisté à cette célébration de la vie, je vous encourage à vous inscrire à notre infolettre, ou à suivre nos médias sociaux, afin que nous puissions vous informer de l’événement de l’année prochaine.

Cette année, l’auditorium était presque plein.

Qui sait ? Comme la recherche sur le cancer permet d’augmenter l’espérance de vie des personnes atteintes d’un cancer, nous devrons peut-être commencer à chercher un endroit plus grand.

Surveillez notre site ou nos médias sociaux : nous partagerons quelques photos et quelques mots de la Journée de la Survie 2023.

Et nous espérons vous voir l’année prochaine.

Laurent Duperval
Responsable de la communication pour L’espoir, c’est la vie

Prêt à aider ?

Nous avons de la place pour vous !

Partager ce contenu

S'abonner à notre lettre d'information

Nous vous enverrons des nouvelles et des informations sur nous et nos partenaires, mais vous ne serez pas harcelé.