La résilience s’apprend, affirme Susan Wener, survivante du cancer, auteure et conférencière motivée.

Lorsque Susan Wener, qui a survécu à deux cancers, a fait passer la capacité de son poumon gauche de 45 % à 90 % après avoir subi une ablation chirurgicale du poumon droit à la suite d’un cancer du poumon, ses médecins ont été stupéfaits et lui ont dit que ce qu’elle avait fait était anatomiquement impossible. Elle a immédiatement pensé : «Impossible signifie simplement que cela n’a pas encore été fait».

La résilience, titre des mémoires de Susan publiés en 2014 et décrivant comment elle a fait face au cancer selon ses propres termes, était également le thème de son discours envoûtant en tant qu’oratrice invitée à la journée annuelle des survivants du cancer organisée par Hope & Cope. «La résilience est notre capacité à rebondir, quel que soit le nombre de fois où nous tombons», a-t-elle expliqué.

Il y a près de 30 ans, Susan Wener était dans la fleur de l’âge lorsque l’impensable s’est produit : à l’âge de 36 ans, on lui a diagnostiqué un cancer du côlon. Épouse et mère de trois jeunes filles âgées de 8, 12 et 13 ans, elle était paralysée par la peur et tellement désemparée qu’elle ne pouvait tout simplement pas fonctionner. «Je savais que je devais vivre parce que je ne pouvais pas laisser mes enfants. Je connaissais le pourquoi, mais je devais trouver le comment», a-t-elle expliqué. Susan était une patiente docile qui a fait confiance à ses médecins et qui, après le traitement, avait 95 % de chances d’être débarrassée de son cancer pour le reste de sa vie.

«Hope & Cope m’a permis de tenir le coup lorsque j’ai été diagnostiquée pour la première fois», se souvient-elle. «Ils étaient comme des anges, des meilleurs amis qui marchaient à mes côtés. Pourtant, une fois son traitement terminé, elle s’est sentie agitée et apathique et a réalisé qu’après avoir passé sa vie à s’occuper des autres et à essayer de leur plaire, elle avait besoin de trouver sa propre vérité. «Il était temps pour moi d’apprendre à me battre pour moi-même», a-t-elle déclaré. Susan est retournée à l’école, où elle a passé cinq ans à explorer les thérapies complémentaires et les modalités de guérison, tout en se formant pour devenir conseillère en santé naturelle.

Puis, alors qu’elle était sur le point d’obtenir son diplôme, une occlusion intestinale l’a conduite à l’hôpital. Les médecins l’ont informée que l’obstruction était le cadet de ses soucis – les tests ont révélé qu’elle avait un cancer du poumon. Choquée par la nouvelle, elle a accepté l’ablation chirurgicale de son poumon droit, mais a refusé le traitement par chimiothérapie. «Cette fois, j’ai pris en charge mon propre bien-être», a-t-elle déclaré. Ses médecins ne lui donnaient que 25 % de chances de vivre au-delà de cinq ans, mais Susan savait qu’elle avait la capacité de décider comment elle voulait vivre et de se battre pour ce qu’elle voulait.

Très affaiblie par l’intervention chirurgicale qui lui a également laissé trois côtes cassées, Susan, qui n’avait que 41 ans à l’époque, avait les capacités physiques d’une personne âgée de 85 ans. C’est son père et sa sœur qui lui ont donné la permission de «dire l’impensable», en l’autorisant à partager ses peurs les plus profondes et les plus sombres et en respectant ses décisions en matière de traitement. Lentement, à chaque pas atroce, elle surmonte sa douleur et retrouve peu à peu ses forces. «C’est normal de pleurer, de se plaindre, de crier et de descendre dans le trou du lapin», a-t-elle déclaré au public, «mais il ne faut pas y vivre».

Susan a fait remarquer que la guérison demande du temps et de la patience. Elle a encouragé les personnes qui luttent contre le cancer à se donner la permission de faire leurs propres choix, à s’entourer de personnes qui ne portent pas de jugement et qui les soutiennent, et à faire appel à des organisations telles que Hope & Cope.

«La possibilité existe et la croyance en cette possibilité est ce qui vous permet d’espérer», a-t-elle conclu.

Prêt à aider ?

Nous avons de la place pour vous !

Partager ce contenu

S'abonner à notre lettre d'information

Nous vous enverrons des nouvelles et des informations sur nous et nos partenaires, mais vous ne serez pas harcelé.