La Fondation du cancer du sein du Québec finance un projet novateur sur la santé du sein et des os

Au cours des deux dernières années, Hope & Cope s’est associé à la Fondation du cancer du sein du Québec (FCSQ) dans le cadre du Programme de santé des seins et des os – un modèle novateur conçu pour prévenir la perte osseuse chez les femmes dont les traitements contre le cancer les exposent à un risque élevé d’ostéoporose (perte osseuse qui peut entraîner des douleurs, des fractures et une diminution considérable de la qualité de vie).
Le vendredi 23 septembre, Nathalie Tremblay, présidente et directrice générale, Maxime Dumais, vice-président, Programmes d’investissement pour le cancer du sein, et Line Dufresne, coordonnatrice, Programmes d’investissement communautaire, ont visité le bureau principal de Hope & Cope au Centre de cancérologie Segal pour voir de plus près une plaque reconnaissant la générosité de la FQCB et pour rencontrer les personnes responsables du succès du programme.
«Nous sommes très heureux que notre investissement dans ce projet, destiné à améliorer la qualité de vie des femmes atteintes d’un cancer du sein, donne de si bons résultats», a déclaré Mme Tremblay.

qbcf-garnet-et-marize
La physiothérapeute Marize Ibrahim et l’infirmière-chercheuse Garnet Lau dirigent le programme sous la supervision de la directrice scientifique de Hope & Cope, le Dr Carmen Loiselle. Ils commencent par identifier les femmes présentant un risque de perte osseuse (ostéoporose) et leur proposent un bilan complet, des conseils nutritionnels et un programme d’exercices personnalisé. En plus d’aider les femmes individuellement, l’objectif est de développer, de tester et d’affiner un modèle de soins qui peut facilement être reproduit dans d’autres centres de cancérologie et de réadaptation à travers le Québec. À ce jour, 200 femmes ont été inscrites au programme, qui bénéficie d’une généreuse subvention de trois ans de la part de la QBCF.
La sensibilisation aux risques d’ostéoporose liés au traitement du cancer du sein, en particulier chez les jeunes femmes dont les traitements ont induit la ménopause, est essentielle, et c’est pourquoi le programme prévoit d’élaborer du matériel éducatif qui sera utilisé dans toute la province.

Le Dr Gerald Batist, directeur du Centre de cancérologie Segal, Antoinette Ehrler, directrice adjointe des soins infirmiers, Suzanne O’Brien, directrice générale de Hope & Cope, Marcelle Kecman, gestionnaire du Hope & Cope Wellness Centre / Lou’s House, Garnet Lau et Marize Ibrahim étaient également présents lors de la remise de la plaque.

qbcf-avec-batiste
Au nom de tous les employés de Hope & Cope, Mme O’Brien a remercié le QBCF pour son soutien. «Il s’agit d’un partenariat qui profite non seulement aux patients de l’hôpital et aux survivants du cancer que nous avons le privilège de soutenir, mais qui a également le potentiel d’aider les femmes de tout le Québec. Nous sommes reconnaissants à la FQCK pour sa générosité.»

Prêt à aider ?

Nous avons de la place pour vous !

Partager ce contenu

S'abonner à notre lettre d'information

Nous vous enverrons des nouvelles et des informations sur nous et nos partenaires, mais vous ne serez pas harcelé.