Guy Djandji

Unis par leur désir de faire une contribution significative auprès de patients atteints de cancer à L’espoir, c’est la vie, voici trois bénévoles exceptionnels : Rick Simoneau, Frank Pitman et Earl Pinchuk. Connaître ces hommes de valeur, c’est apprécier davantage la richesse de notre organisation et l’importance de la contribution de chacun à la cause des personnes atteintes de cancer.

Rick Simoneau était un jeune adulte lorsqu’il a été atteint d’un cancer en 1991. Il se souvient de la difficulté à trouver des ressources pour l’aider à surmonter sa situation particulièrement difficile. Une fois ses traitements réussis, en 1995, il se joint à L’espoir, c’est la vie, à titre de facilitateur de groupe de soutien. De là nait son intérêt pour le bénévolat et la création en 2016 du Bros Club (Club des gars).

Ce club regroupe des jeunes gens de 18 à 39 ans, qui vivent, ou ont vécu, l’expérience du cancer. Ses membres se réunissent périodiquement pour s’épauler et discuter de leurs enjeux particuliers, s’ils le désirent. C’est une occasion de socialiser dans une atmosphère détendue, conviviale et non-structurée. Généralement, ces rencontres se font autour d’activités d’intérêt commun, tant culturelles que sportives, allant du kayak au yoga.

Rick reconnait que les problèmes posés par le cancer sont différents chez les hommes et chez les femmes, aussi bien sur le plan de la maladie que de la façon de l’appréhender et d’en parler. Le Bros Club est un forum original où un homme peut exprimer ses craintes et ses besoins, dans le respect et la compréhension de ses confrères.

Et l’âme du groupe, vous l’avez deviné, c’est Rick! Il sait animer avec doigté ces rencontres, mettre les participants à l’aise, les amener subtilement, avec sensibilité et compassion, à parler de leur situation intime, « Notre mission consiste en une force collective visant à guider les patients sur le chemin du bien-être, à apprendre et partager l’expérience de chacun. L’écoute et l’empathie sont les qualités essentielles. »

Tout comme Rick et plusieurs bénévoles, Frank Pitman est un survivant. Atteint du cancer colorectal, Frank subit une opération en 2007. Durant cette période difficile, il prend conscience du manque de soutien concernant ce type de cancer. « Bien souvent, les personnes n’étaient pas diagnostiquées à temps, principalement à cause du manque d’information. Je sentais qu’il fallait faire quelque chose ».

De fil en aiguille, il devient bénévole à L’espoir, c’est la vie en 2011 et s’implique par le biais du mentorat par les pairs (soutien individualisé offert par un pair). « Je sens le besoin de partager mon expérience à propos du cancer colorectal. Je suis ainsi en mesure de tranquilliser les patients face à l’inconnu et à l’angoisse née de la maladie. Donner de l’information et être à l’écoute sont à mon avis essentiels. »

La pandémie a indéniablement bouleversé l’approche au bénévolat, et pourtant Frank est surpris de la rapidité de l’adaptation à la nouvelle réalité virtuelle. « La technologie a permis aux gens éloignés de participer. Ce n’est pas une barrière, au contraire. Mon rôle demeure essentiellement le même. À l’avenir, les réunions virtuelles demeureront, même si les rencontres face-à-face reprennent. »

Quel que soit le moyen utilisé, Frank est d’avis que le rôle de peer mentor est crucial pour accompagner un patient sur le chemin de la guérison. Par son écoute active, son vécu, ses encouragements et ses connaissances, il aide celui-ci à gérer son stress et à mieux contrôler son état. Et Frank assume ce rôle avec brio!

La contribution de Earl Pinchuk représente une forme différente et originale de bénévolat. Grand collectionneur, il est convaincu que l’art peut contribuer à l’amélioration de la santé physique et mentale. Dans cet esprit il crée, en 2002, la  Fondation de la guérison par l’art, organisation dont la mission est d’introduire l’art visuel dans le milieu des soins de santé.

«Notre mission vise à convaincre des artistes et des collectionneurs privés de donner des œuvres picturales originales pour embellir les murs généralement blancs et froids d’hôpitaux et de centres de soins de santé. Ainsi transformés, ces lieux deviennent des centres de vie et de chaleur humaine. »

En 2017, Earl présente son projet à L’espoir, c’est la vie, qui l’accepte immédiatement, avec le résultat que l’on connait aujourd’hui. Le Centre de bien-être a le privilège de posséder une collection spectaculaire de tableaux de maîtres de grande valeur. Parmi les artistes notoires, notons : Alex Katz, David Hockney, Goodridge Roberts, Alfred Pellan, Philip Surrey et David Sorensen.

Earl est fier d’avoir dédié cette collection à sa mère, Miriam Bidner Pinchuk, décédée du cancer en 2016, et dont la photo orne le Centre. Elle fut l’une des premières bénévoles de L’espoir, c’est la vie et amie de sa fondatrice, Sheila Kussner.

Earl insiste : « L’art est bénéfique pour votre santé physique et mentale. Je veux partager ma passion avec les personnes qui en ont le plus besoin, autant les patients que l’équipe de soignants. C’est ma façon de faire une différence positive dans le monde. »

Tout comme Rick et Frank, Earl apporte une contribution exceptionnelle et originale à L’espoir, c’est la vie. Chacun à sa manière démontre que le bénévolat peut prendre diverses formes et que tous les efforts tendent vers le même but : accompagner son prochain sur la route de la santé et du bien-être.